UNION AMICALE DU GENIE DE L’ILE DE FRANCE

Accueil du site > Activités UAGIF > Activités culturelles > Visite de la basilique de Saint-Denis 5

Visite de la basilique de Saint-Denis 5

jeudi 28 mai 2015, par Jean Paquerault


L’UAGIF visite la basilique de Saint Denis

Cinquième volet

Les Vitraux

SUGER a conçu des vitraux, avec le grand soin, chargés d’une grande signification symbolique et religieuse.

Quatorze fenêtres du chœur furent ornées de vitraux. Huit étaient garnies de vitraux décoratifs aux griffons ailés (ex : la chapelle de Sainte OSMANNE). Six autres, situées à l’est, étaient munies de vitraux historiés. Tous furent terminés et mis en place en 1144. Il en reste plusieurs du XIIème siècle dans la chapelle d’axe.

Les vitraux des treize fenêtres hautes du chœur datent de 1845. Ils représentent la légende de Saint DENIS et les reconstructions successives depuis Sainte GENEVIEVE jusqu’à Saint LOUIS.

Les cinquante six personnages des grandes fenêtres, réalisés en 1849, représentent des rois et des reines. Les vitraux des ROSES des transepts représentent, au nord l’arbre de JESSE, au sud les signes du zodiaque, les travaux des saisons. Ceux du XIXème siècle forment un ensemble, sans beaucoup d’intérêt artistique, mais restituent une certaine harmonie à la basilique.

La NECROPOLE

C’est Saint LOUIS (LOUIS IX) qui décide au XIIIème siècle, de faire installer la nécropole des rois à Saint Denis. Il fait donc réaliser des tombeaux pour ces rois. Il deviendra le saint patron des rois puis du royaume. Il s’agit de 16 gisants disposés en 4 groupes de 4, au pied des 4 piliers du transept.

Le mot "gisant" vient de gésir "être allongé".

Plus de 70 gisants sont ainsi à Saint DENIS : Capétiens, Valois, princes ou roi provenant d’autres lieux (CLOVIS, CHILDEBERT) et grands serviteurs de la monarchie du GUESCLIN).

Aux pieds des gisants de femmes se trouvent fréquemment des chiens, signe de fidélité. Le lion situé aux pieds des hommes symbolise la force, la puissance.

Le gisant de CHARLES V fut réalisé de son vivant et nous pouvons constater qu’il s’agit d’un portrait fidèle. A ses côtés se trouve celui de du GUESCLIN (1320-1380) pour sa fidélité au roi.

Voir le volet suivant : 6


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | page légale | espace de rédaction | site réalisé avec  |SPIP |  par Philippe Bataille | squelette